Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La reconnaissance de l'état palestinien, victime du remaniement ?

Publié le par Marine HAY

Jérusalem, 2015 Crédits: Marine Haÿ

Jérusalem, 2015 Crédits: Marine Haÿ

Alors que Mahmoud Abbas est en France pour une visite de deux jours (15 et 16 avril 2016), la reconnaissance de l’état palestinien tant attendue par l’Autorité palestinienne n’a plus rien d’une promesse.

C’est un engagement que Laurent Fabius a emporté avec lui dans ses cartons : la reconnaissance de l’état palestinien. Un argument censé peser dans la balance des négociations de paix que la France souhaite relancer entre Israël et l’autorité palestinienne. Si –miracle !- les négociations aboutissaient, la reconnaissance aurait été une conséquence logique. Si – et c’est bien plus probable- elles échouaient, le ministre des affaires étrangères souhaitait que la Palestine soit reconnue comme un état à part entière, suivant ainsi la tendance exprimée lors du vote à l’assemblée nationale en décembre 2014, et dans différents pays de l’Union Européenne.

L’échéance était même datée : 2017 au plus tard, avant l’élection présidentielle.

Seulement cette reconnaissance ne se décide pas au quai d’Orsay mais à l’Élysée. Et entre temps, le remaniement est passé par là, en février. Laurent Fabius, avait fait de ce sujet l’une de ses priorités. Et quelques semaines après son départ, on affirmait au ministère que c’était aussi celle de Jean-Marc Ayrault. Ce dernier s’est engagé à poursuivre et à défendre l’initiative française. Mais lors de sa visite au Caire, le 9 mars dernier, il affirmait qu’en ce qui concernait la reconnaissance, plus rien ne serait « automatique ». Qu’il n’y avait pas de préalable aux discussions.

Un retour de veste que François Hollande devra faire accepter à son homologue palestinien, s'il veut donner une chance au processus de paix.

Voir les commentaires